MAAC : Maison d'Art Actuel des Chartreux

EXPOSITION « RESTER ? » 

JUSTINE TAILLARD, lauréate Bourse COCOF-MAAC 2021


Protocole sanitaire :
https://maac.be/protocole-sanitaire-covid-19


Reservation :
Reservation pour l'exposition



« RESTER ? » de Justine Taillard

Justine Taillard

Justine Taillard -- Après un master approfondi en scénographie obtenu en septembre 2019 à l’ENSAV La Cambre, Justine Taillard poursuit une recherche artistique hybride, mêlant à ses réflexions sur l’espace domestique une pratique régulière de l’écriture, dans le sillage d’une certaine « littérature plasticienne ». Fin 2020, elle est sélectionnée comme lauréate de la Bourse COCOF qui lui ouvre les portes des ateliers d’artistes MAAC afin de développer son 1er projet d’exposition personnelle qui sera visible jusqu’au 31 juillet 2021.

A PROPOS DE RESTER ?

Intitulée « Rester ? », l’exposition conçue par Justine Taillard durant ses six mois de résidence au sein des ateliers d'artistes MAAC se déploie sur des tensions à la fois éthiques et esthétiques. Son développement est non seulement nourri par une réflexion sur les enjeux de l’écriture mais aussi par les histoires de populations déplacées, plus particulièrement les récits de jeunes femmes réfugiées recueillis par l’artiste elle-même lors de son engagement bénévole dans un centre d’hébergement bruxellois. Cependant, ces expériences de rencontres ne sont pas représentées dans l’exposition ni instrumentalisées à des fins artistiques, elles constituent plutôt le substrat politique donnant lieu aux questionnements posés par le projet.

À l’heure où les mesures barrières s’appliquent dans nos vies quotidiennes comme aux frontières européennes, des inquiétudes « terrestres » ravivent la question de notre propre ancrage – particulier et commun. Depuis notre présent de déplacements et d’exclusions, des « précarités vivables et pourtant inacceptables » – selon la formule de Marielle Macé – se relient aux précarités d’un autre ordre, « invivables et pourtant vécues ». Jeunes diplômé.e.s ou étudiant.e.s, sans emploi, sans domicile, sans-papiers ou réfugié.e.s… s’ordonnent ainsi dans les rangs de l’urgence, sur l’échelle des non-places.

Où donc tenir ? Comment rester ?

L’installation in situ proposée par l’artiste se veut une mise en espace « typo-topographique » dans laquelle l’écriture habite littéralement l’espace, la bidimensionnalité de la page se répand et s’étale dans la tridimensionnalité de l’espace d’exposition. Comme sur une page imprimée, le blanc spatial épouse le blanc typographique, tandis que le noir de l’encre se pose sur des formes et des motifs changeants.
Deux courts termes – « no » et « où » – jalonnent l’ensemble de l’exposition dans une série de déclinaisons plastiques (de la vidéo-performative à l’accessoire en passant par des éléments de décor) servant une grammaire visuelle en noir et blanc qui explore l’ambivalence du langage : en même temps qu’elle imprime son pouvoir sur le lieu et les individus qui le traversent, l’écriture réveille ici sa puissance émancipatoire, et tente, en creux, d’ouvrir une page nouvelle.

De tentoonstelling « Rester ? » van Justine Taillard werd ontwikkeld tijdens haar residentie van zes maanden in de kunstenaarsateliers van het MAAC en gaat in op zowel ethische als esthetische spanningen. Haar werk wordt gevoed door een reflectie over de uitdagingen van het schrijven, maar ook door de verhalen van ontheemde bevolkingsgroepen, meer bepaald getuigenissen van jonge vrouwelijke vluchtelingen die de kunstenares zelf heeft vergaard tijdens haar vrijwilligerswerk in een Brussels opvangcentrum. De ervaringen van deze ontmoetingen worden echter niet visueel weergegeven in de tentoonstelling of gebruikt voor artistieke doeleinden, maar vormen het onderliggende concept waar de vraagstellingen van het project uit voortvloeien.

In een tijd waarin zowel in ons dagelijks leven als aan de Europese grenzen barrières worden opgeworpen, doen “aardse” zorgen de kwestie van onze eigen – persoonlijke en gemeenschappelijke – verankering opleven. In onze huidige wereld van ontheemding en uitsluiting is "onzekerheid waarmee kan worden geleefd en die toch onaanvaardbaar is" - zoals Marielle Macé het uitdrukt - verbonden met onzekerheid van een andere soort, "onleefbaar en waarmee toch wordt geleefd". Jonge afgestudeerden of studenten, werklozen, daklozen, mensen zonder papieren of vluchtelingen... worden zo gerangschikt in de rangen van de urgentie, op de schaal van niet-plaatsen. 

Hoe Blijven?

De installatie door de kunstenaar voorgesteld is een « typo-topografische » ruimtelijke plaatsing van relegatie waarin leeft schrijven letterlijk en dynamisch in de ruimte ; de tweedimensionale ruimte van de pagina verspreidt en toont zich in de driedimensionale ruimte van de tentoonstelling. De pagina en de white cube zijn twee uitingen van hetzelfde proces. Zoals op een gedrukte bladzijde sluit de white cube zich aan bij het typografisch wit, de zwarte inkt materialiseert zich in een variatie van patronen.

Twee korte suggestieve termen – een beperkende "nee" en een vragende "waar" – markeren het geheel van deze "verhalende omgeving" in een reeks plastische varianten: decorelementen – matten, deuren, houten structuren – en verschillende video’s doen dienst als een visuele grammatica in zwart-wit, die de ambivalentie van de taal benadrukt.

The exhibition entitled « Rester ? » (in English, « Stay ? ») conceived by Justine Taillard during her six-month residency at the MAAC artists' studios is based on both ethical and aesthetic tensions. Its development is not only driven by a reflection on the challenges of writing but also by the stories of displaced populations, and more particularly the accounts of young refugee women collected by the artist herself during her voluntary work in a Brussels shelter. However, these experiences of encounters are not depicted in the exhibition nor are they exploited for artistic purposes; rather, they constitute the political substratum that gives rise to the questions raised by the project.

At a time when restrictive measures are being applied in our daily lives as well as at the European borders, « land-related » concerns revive the question of our own anchorage – both individual and collective. From our present situation of displacement and exclusion, « liveable yet unacceptable precarities » – as Marielle Macé puts it - are linked to precarities of another order, « unliveable yet lived ». Young graduates or students, the unemployed, the homeless, the undocumented or refugees... are thus ordered in the ranks of urgency, on the scale of non-places.

Where to stand? How to stay?

The in situ installation proposed by the artist is a "typo-topographic" installation in which writing literally inhabits the space, the two-dimensionality of the page expands and spreads into the three-dimensionality of the exhibition space, the page and the white cube are two manifestations of the same process. As on a printed page, the white cube then marries the typographic white, the black ink materialises in a variation of motifs.

Two short evocative terms – a restrictive « no » and a questioning « where » – mark out the whole of this « narrative environment » in a series of plastic variations : elements of decor – doormats, doors, wooden structures – and several videos serve a visual grammar in black and white, which underlines the ambivalence of language.

Maison d’Art Actuel des Chartreux
Rue des Chartreux, 26-28
B1000 Bruxelles
Contact : Nancy Suarez
www.maac.be
www.brucity.be
Infos : + 32 2 513 14 69
maac@brucity.be
Plan d'accès

FaceBook

Production: MAAC pour la Ville de Bruxelles avec le soutien de la COCOF et de la Fédération Wallonie-Bruxelles
(Arts Plastiques).

Une initiative de Faouzia Hariche, Échevine de l'Instruction Publique, de la Jeunesse et des Ressources humaines
de la Ville de Bruxelles / Een initiatief van Faouzia Hariche, Schepen van Openbaar Onderwijs, Jeugd en Human Resources van de Stad Brussel